Alessia de Biase, Piero Zanini

Carlo Cellamare

Forfait 3 jours 2013 du 9 au 12 janvier 2013 au LAA

Lieu : LAA, département de la recherche à l’ENSA Paris la Villette.
Horaire : 9 au 12 janvier 2013
Organisateurs : Alessia de Biase, Piero Zanini
Partenaires : Réseau international de recherche scientifique LIEU
  affiche
(PDF - 52.7 ko)

Programme

mercredi 9 janvier
promenade avec Carlo Cellamare sur nos terrain d’enquete dans le Nord-Est Parisien

jeudi 10 janvier
9h30 au labo : Presentation des deux recherches du laboratoire : la thèse de Federica Gatta et la recherche "Qualifier la transformation"
Après-midi : Présentation de Carlo Cellamare de la recherche PRIN 2012-14 "Géographies Métropolitaines" et des terrains d’etudes ouverts.

vendredi 11 janvier
12h30 : présentation à Carlo Cellamare des objets d’etudes des etudiants en immersion LAA du post-master "Recherche en Architecture"
17h30 : Conference de Carlo Cellamare au sein du Post-master : "Participation and Urban Practices. Action-research Experiences in Rome"
L’intervention se focalisera sur les caractères des processus de participation et de leurs évolution, à partir tout particulièrement du cas romain. Il cherchera de mettre en évidence les ambiguïtés et de déplacer l’attention sur les thèmes tels que les conflicts urbains, les processus de (ré)-appropriation et les formes d’auto-organisation et d’autogestion. Il développera ensuite le débat sur le rapport entre pratiques de l’habiter, d’un côté, et les processus de developpement d’installation et les politiques urbaines de l’autre. Enfin il explorera les méthodologies de recherche et tout particulièrement l’interdisciplinarité et les formes de recherche-action.

Carlo Cellamare, ingénieur urbaniste, enseigne l’urbanisme à la Facoltà di Ingegneria de l’Université “La Sapienza” de Roma, et il est responsable scientifique de differentes recherches nationales et internationales. Il a été le coordinateur de la Casa della Città du premier arrondissement de Rome et responsable scientifique du Bilan Environnemental du département de la ville de Rieti. Il travaille sur des thematiques qui questionnenent le rapport entre urbanisme et vie quotienne, les pratiques urbaines, les processus de projet environnemental et territorial, avec une attention particulière aux relations entre territoire et developpement local. Il a développé son activité par des parcours de recherche-action en mettant à l’oeuvre des pratiques interdisciplinaires et de participation.

Ouvrages de Carlo Cellamare :
CELLAMARE C. (2011). Progettualità dell’agire urbano. Processi e pratiche urbane. ROMA : Carucci
CELLAMARE C. (2008). Fare città. Pratiche urbane e storie di luoghi. milano : elèuthera
CELLAMARE C. (sous la dir.) (2006). RomaCentro. Dal laboratorio alla "Casa della Città", ROMA : Palombi Editori
4. BOTTARO P., CELLAMARE C., SCANDURRA E. (sous la dir.) (2001). Labirinti della città contemporanea. Roma : Meltemi

EN LIEN AVEC LE CHANTIER DE RÉFLEXION
Figures de l’engagement

Federica Gatta (dir.)

Regards croisés sur le nord-est parisien

Giulia Custodi, Manola Antonioli (dir.)

Cartographie genrée de l’urbain

Stéréotypes et coexistences entre architecture, esthétique, genre

Lamia Bessaoud, Alessia de Biase (dir.)

L’engagement citoyen dans la requalification de sites urbains à Montréal à travers les projets d’agriculture urbaine

Federica Gatta, Alessia de Biase (dir.)

(Contre)pouvoirs urbains ?

Une critique des dispositifs non-institutionnels de l’aménagement urbain dans les transformations du Nord-Est de la métropole parisienne

Manola Antonioli, Giulia Custodi, Mina Saidi-Sharouz

Espaces | Genrés Sexués Queer

Une exploration des dynamiques entre les espaces, les genres et les sexualités

Mina Saidi-Sharouz

Le Film comme « Forme-De-Vie »

Une expérience commune : Iran-France

Federica Gatta

(Contre)pouvoirs urbains ?

Soutenance de thèse le 9 décembre 2014 à 14h00 à l’Ecole Nationale Supérieure de Paris La Villette.

Giulia Custodi

« L’approche Gender Mainstreaming dans l’exemple des espaces publics viennois »

Ferdinando Fava

Qui suis-je pour mes interlocuteurs ?

L’anthropologue, le terrain et les liens émergents