Sandra Parvu

Ce qu’il reste d’Aliso Village

Boyle Heights : Notes de terrain périphériques

24 décembre 2010 | Carnet de terrain Los Angeles

Cette plaque commémorative se trouve dans le nouveau Community Center de Pueblo del Sol. Lors d’une rencontre fortuite avec la directrice de ce centre, je lui ai posé la question sur la raison pour laquelle elle avait été placée là :

Je pense que c’est un vestige de l’ancien ensemble de logements. Pour nous donner un ancrage historique, ils ont gardé ça. Vous savez, 1942 c’est l’âge de ce site. Je n’ai jamais vu ce que c’était avant. Mais il paraît que le contraste entre l’avant et l’après est frappant, comme la nuit et le jour. Les flics ne voulaient même pas passer, tellement c’était dangereux ! La plaque, c’est la seule chose qu’ils ont conservée. [...] De ce que je comprends, il y a eu pas mal de discussions à propos du nom du centre. Vous remarquez qu’à l’extérieur, c’est seulement écrit "Community Service Centre". Il ne disent pas "Pueblo del Sol Community Service Center", même si le centre dessert principalement ce quartier. Il y a une résidente du coin qui, à ce jour, continue de mener une campagne pour que le centre porte le nom de l’ancien ensemble, qui était Aliso Village. Et cela, dans le but d’observer le sens de l’histoire et honorer tout ce qui était ici avant. Huit ans plus tard, elle est encore très active, mais pour l’instant elle n’a pas réussi à faire changer le centre de nom. Mais encore une fois, il y a ce sentiment qu’il faut essayer de maintenir un sens du passé. Elle a vécu ici toute sa vie. Et pour nous qui sommes venus ici (je suis venue ici il y a seulement deux ans), mais les gens veulent être sûrs qu’on se souvient. L’ensemble a obtenu un nouveau nom de marque, même les rues ont été renommées, je veux dire, ils voulaient vraiment un nouveau départ, de sorte que certaines habitants voulaient au moins que le centre aie un lien avec ce qui était ici avant. Ils ont construit tout à partir de zéro. Je veux dire de nouveaux noms, de nouvelles rues, il n’y avait rien qui parle de ce qui était ici avant. Mais, nous avons la plaque ! [Elle rit] C’est tout ...

Voici une autre perspective et sens de l’histoire suscités par la découverte de cette plaque et décrite par Andrew, un des architectes de l’équipe d’urbanistes en charge du masterplan de Pueblo del Sol :

Je ne suis pas allé à la première visite du site, mais Will Hays [le masterplanner en charge de l’équipe] y est allé. Ils lui ont dit : "Restez dans la voiture !" Mais il est quand même sorti se promener. Il tournait autour de Boyle Heights, et je ne sais pas si vous le savez, mais c’est extrêmement dangereux. Il y avait des logements du temps d’Eisenhower, euh non pas Eisenhower, Roosevelt. Et abandonné. Et un gâchis. Donc, c’était un repaire de gangs, et il y avait eu un drive-by shooting à cet emplacement une semaine avant sa visite. Et quand je suis arrivé sur le site, la plupart des immeubles avait déjà été démolie, mais le bâtiment du Community Center était encore là. Et nous avons vu une plaque sur le mur de FDR [Franklin D. Roosevelt], avec les noms, qui honorait Lloyd Wright, vous savez, le fils de Frank Lloyd Wright. Et l’excellent travail qu’ils avaient fait avec ces logements. Et j’avais vu des photos du projet réalisé et de ce que c’était et pour l’époque, c’était vraiment bien.

Nous, en tant qu’entreprise engagée pour réaliser ce projet, nous étions en situation de faire la même chose pour la prochaine génération. Alors, je plaisantais avec les autres lorsqu’on regardait les bâtiments en train d’être démolis par le bulldozer et qu’on se demandait à quoi ils avaient bien pu pensé lorsqu’ils les avaient construits, je leur disais "dans cinquante ans, lorsque les maisons que nous construisons maintenant, qui nous semblent le nec plus ultra du design, des espaces absolument fantastiques, l’équipe qui bulldozera tout ça se dira "Mais, que diable sont-ils allés penser ?" [Il rit] Bon, au moins, moi je n’ai pas de plaque avec mon nom au mur... alors, vous savez ...

EN LIEN AVEC LE CHANTIER DE RÉFLEXION
Architectures et villes face à la mondialisation

Alessia de Biase (dir.), Paola Berenstein Jacques (dir.), Federica Gatta

L’architecture et le droit à la ville dans le contexte de la globalisation

Alessia de Biase (dir.), Alain Guez, Nancy Ottaviano, (...)

Habiter en hauteur à Paris

ou comment se construit la notion de hauteur dans une métropole contemporaine

Monica Coralli (dir.), Maria Anita Palumbo (dir.)

Modèles en question

Influence chinoise sur les formes urbaines au Bénin

Alessia de Biase (dir.), Sandra Parvu (dir.), Alice Sotgia (dir.), (...)

Observatoire Grand Paris : 2# Les empreintes super-structurelles, ou la dialectique local-global dans le devenir de la métropole parisienne

Journée d’études, le 20 janvier 2012, à l’ENSA Paris La Villette

Alessia de Biase (dir.), Sandra Parvu (dir.), Alice Sotgia (dir.), (...)

Observatoire du Grand Paris : 1# Appréhender le socle, ou comment composer avec la base du Grand Paris

Journée d’études, le 10 juin 2011 à l’ENSA Paris La Villette

Alessia de Biase (dir.), Michel Agier (dir.), Anne Raulin (dir.)

Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine

Séminaire doctoral de 2011 à 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Jean Attali (dir.), Olivier Boucheron, Laurent Joubert, (...)

Trames agricole, trames urbaines

Piero Zanini

« Paesaggi dialettici : tempi e contrattempi dell’abitare »

Alessia de Biase (dir.), Augustin Berque (dir.), Philippe Bonnin (dir.)

Donner lieu au monde : la poétique de l’habiter

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle

Nava Meron

Pratique / respect du site

Retour sur le terrain

Nava Meron

Voir / savoir

Retour sur le terrain

Nava Meron

Ajouts / rajouts

Retour sur le terrain