Nadja Monnet

Documenter et comprendre l’urbain au XXIème siècle : dialogues entre chercheur(e)s en sciences sociales, artistes et architectes

Rencontres internationales, 2012

Organisateurs : Nadja Monnet
Partenaires : Contraplano - LAD (Laboratoire d’Action Documentaire), LAA, Institut Catalan d’Anthropologie (ICA), Inventaire du Patrimoine Ethnologique de Catalogne (IPEC) - Generalitat

Suite au projet “Photographie et altérités” dont les résultats sont disponibles enligne : voir le site , nous avons organisé deux rencontres au cours de l’année 2012 afin de continuer à réfléchir sur les possibilités offertes par les technologies digitales et audiovisuelles dans la recherche en sciences sociales. Si au cours des journées de 2007 et 2009, l’objectif était de travailler autour des différents usages de la photographie pour donner à voir les personnes étiquetées comme différentes (soit de par leur statut social, leur origine ou leur non conformité aux normes hétérosexuelles dominantes) et analyser les liens complexes entre art photographique et le dévoilement des mécanismes de l’exclusion sociale, cette fois-ci notre volonté a été de mettre l’accent sur l’urbain, tout en ouvrant le champ à l’audiovisuel et aux technologies digitales.

Par urbain nous n’entendons pas urbanisme mais réalité urbaine qui articule le conçu, le perçu et le vécu. Habituellement le domaine de la perception et de la représentation de l’urbain semble réservé aux artistes –ainsi qu’à certaines tendances de l’architecture–, la conception de l’espace urbain, le privilège des architectes, urbanistes et de l’administration publique, tandis que les chercheur(e)s en sciences sociales auraient la tâche d’en observer le fonctionnement, de l’analyser, le documenter et de produire un savoir théorique sur celui-ci.

Au cours de ces rencontres, nous avons proposé des dialogues entre ces trois manières d’appréhender la ville, afin d’établir des liens entre personnes issues de disciplines différentes impliquées dans l’analyse des dynamiques urbaines. De ces dialogues sont nés des échanges de points de vue originaux et fructueux pour les participants des différentes disciplines. Plus que la présentation de résultats de recherche, notre intérêt s’est porté sur les processus de recherche et de création, ainsi que leur implications au moment de documenter et réfléchir sur l’urbain.

D’autre part, notre proposition a créé des synergies entre différents groupes de recherche, collectifs (nationaux et internationaux) ou individus, intéressés par ces questions et plus particulièrement intéressés à l’usages des technologies digitales dans la recherche urbaine. Il s’est donc agi de partager et de diffuser des expériences, tout en croisant les regards et les faisant dialoguer.

Quant à la dynamique des rencontres, elle a été établie de cette manière : les deux événements se sont composés de deux journées de travail consécutives, ouverts au public, pendant lesquelles des recherches ont été présentées et discutées par trois interlocuteurs de formation différentes afin de stimuler et enrichir les perspectives. En amont et en aval de ces séances, un travail à l’interne a été fait pour fortifier les liens entre les différentes équipes de chercheurs.

Voici, ci-dessous le détail des rencontres co-organisées par le Laboratoire Architecture-Anthropologie de l’École Nationale Supérieure de Paris La Villette et le groupe de recherche Contraplano – Laboratoire d’Action Documentaire de l’Institut Catalan d’Anthropologie, avec le soutien de l’Inventaire du Patrimoine Ethnologique de Catalogne (Generalitat de Catalogne), des Archives de la Photographie de Barcelone et le Centre d’Études catalanes :

Première rencontre (11 et 12 juin 2012) :

11 juin (18h – 21h)
Institut d’Etudes Catalanes (IEC), carrer del Carme, 47 (Barcelone), sala Nicolau d’Olwer

Entre arpentage et malentendu : l’artiste face à l’espace urbain et
ses jeux de territorialités
Emmanuel Hermange (critique d’art, Ecole Supérieure d’art et de design de Grenoble- Valence)

Sur les pas du barraquisme à Barcelona
Présentation du processus de recherche sur le phénomène du barraquisme à Barcelone (Barraquisme, la ciutat (im)posible ), réalisée par l’Association Pas a pas, subventionnée par l’Inventaire du Patrimoine Ethnologique de Catalogne et de la diffusion des résultats de la recherche au travers de l’exposition Barraques, la ciutat informal qui s’est tenue au Musée d’Histoire de la Ville de Barcelone. Consulter le site.

Avec la participation de : Xavi Camino Vallhonrat (anthropologue), Max Díaz Molinaro i Òscar Casasayas Garbí (historiens).

Discutants :
Isabel Martínez Stolcke (architecte, urbaniste, activiste audiovisuelle)
Aurelio Díaz (anthropologue, Université Autonome de Barcelone)
Anne-Claire Vallet (architecte, Laboratoire Architecture/Anthropologie)

12 juin

Itinéraires “Des bidonvilles à l’habitat mobile”
Matin (10h- 13h) Itinéraire organisé par l’Association Pas a pas
Point de rencontre : centre commercial Gran Via II

Après midi (17h-19h) : itinéraire organisé par José Sánchez García (anthropologue, UAB), Raúl García Ferrer (anthropologue et architecte technique) et Daniel Pascual Rodríguez (photographe).
Points de rencontre : Métro : Glòries

Deuxième rencontre (4 et 5 octobre 2012)

4 octobre (18h – 21h) :
Institut d’Etudes Catalanes (IEC), carrer del Carme, 47 (Barcelone), sala Puig i Cadafalch

Corpografia Urbana : reflexões sobre o projeto em curso CORPOCIDADE

Paola Berenstein Jacques (architecte-urbaniste, Univesidade Federal da Bahia, LAA)
Fabiana Dultra Britto (coréographe, Univesidade Federal da Bahia)

Discussants :
Maricarmen Tapia (architecte)
Collectif Bon Pastor
Jordi Serchs (directeur des Archives Photographiques de Barcelone)

5 octobre (10h-13h) :
Bibliotèque Bon Pastor, c/Estadella, 62, Barcelona, Auditori.
Metro Bon Pastor (L9) i Verneda (L2)

Itinéraire allégorique à Bon Pastor”
A propos du dialogue entre anthropologues, architectes et artistes visuels du projet Repensar Bon Pastor.

Avec la participation des différents membres du groupe de recherche Maribel Cadenas (architecte, anthropologue), Eva Palaudàries (architecte), Joan Escofet (artiste visuel), Emanuela Bové (architecte), Martha Pelayo (urbaniset), Volker Zinmmerman (architecte) i Guiomar Castaños (historienne).

Discutants :
Paola Berenstein i Fabiana Dultra (Univesidade Federal da Bahia, LAA)
Sylvain Maresca (sociologue, Université de Nantes, Laboratoire d’Histoire Visuelle Contemporaine, EHESS)

5 octobre (18h-21h)
Institut d’Estudis Catalans, carrer del Carme 47, Barcelona, sala Puig i Cadafalch.

Documenter le changement urbain au travers de la photographie (table ronde)

Jordi Serchs (directeur des Archives photographiques de Barcelone)
Sylvain Maresca (sociologue, Université de Nantes, Laboratoire d’Histoire Visuelle Contemporaine, EHESS)
Hélène Veiga Gomes (anthropologue, Laboratoire Architecture/Anthropologie)

Conclusion – synthèse des rencontres avec tous les participants.

L’article “Miradas cruzadas : observaciones, entendimientos y representaciones en torno a las dinámicas urbanas contemporáneas/ Crossed Perspectives : observations, understandings and representations about contemporary urban dynamics”, présente et commente les résultats de ces rencontres. Voir l’article



Partenaires | Institut Catalan d’Anthropologie (ICA), Inventaire du Patrimoine Ethnologique de Catalogne (IPEC) - Generalitat de Catalunya, Archives photographiques de Barcelone (AFB) - Mairie de Barcelone, Institut d’Études Catalanes.