Inacio Luiz, Manola Antonioli (dir.)

Le champ élargi de l’architecture

Enquête sur les rencontres entre art et architecture aux XXe et XXIe siècles

Ecole Doctorale : ED 434 Ecole de Géographie de Paris - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Directeur : Manola Antonioli
Discipline : Aménagement et Urbanisme
Date : 2016 -

Depuis les années 1960, beaucoup d’artistes plasticiens ont étendu leurs peintures et leurs sculptures à l’espace architectural. Par différentes collaborations et divers concours, cette rencontre est maintenant un lieu primordial dans la création d’images et dans la configuration des espaces de notre économie culturelle. L’importance de cette conjonction ne se doit pas seulement à la proéminence de nos musées d’art. Cela implique aussi l’identité de beaucoup d’autres institutions culturelles de notre société contemporaine, dans la mesure, où, les corporations et administrations sociales souvent à la jonction entre l’art et l’architecture vont attirer de nouveaux engagements économiques et donner aux villes d’aujourd’hui une image plus attirante et avant-gardiste. De part la création de nouveaux équipements culturels, de résidences artistiques ou de festivals, il devient important et urgent de mettre en discussion la portée politico-symbolique de ces échanges et le futur de ces relations dans notre société contemporaine.

Le but c’est d’opérer sur ce terrain interdisciplinaire, en cherchant à faire un nouveau type de relation entre les théories critiques qui sont spécifiquement spatiales et l’art et la pratique architecturale. Si la théorie a souvent été utilisée dans certains types de discours architecturaux comme un moyen de la pratique de la rationalisation post en faisant ressortir les « règles » générales et de décrire ceux-ci comme des théories de « comment faire », offrant une façon de concevoir, ceci n’est certainement pas mon intention ici.

L’objectif de ce projet de recherche est de développer une compréhension précisément sur ce qui existe entre les deux disciplines quand elles se rencontrent et travaillent ensemble pour un objectif commun : une narration ou politico-symbolique à travers l’expérience esthétique par d’une l’art, et sa capacité de mise en vogue des sujets philosophiques et politiques dans la société. Comme visualisation et compréhension de ces contributions, il se développera une perception particulière pour les investigations des possibles confluences entre art et architecture. La question clé de situe à l’élection de la représentativité politique des rencontres entre l’art contemporain depuis les années 1970 et l’architecture contemporaine.