Alessia de Biase (dir.), Alain Guez, Armin Linke, Renato Rinaldi, Piero Zanini

Paysages imaginés et paysages construits

En-quête d’un imaginaire contemporain des Alpes

Financeurs : BRAUP (Ministère de la Culture et de la Communication) et PUCA (Ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables)
Coordination : Alessia de Biase (dir.)
Équipe : Alain Guez, Armin Linke, Renato Rinaldi, Piero Zanini
Date : 2005-2007
  Appel d’offre
(PDF - 436.4 ko)

Résumé de la problématique

A la base de cette proposition de recherche il y a un constat : une absence récurrente, assez forte pour faire penser plutôt à une ocultation, à un refoulement : la représentation collective de la montagne tend en général à effacer le plus possible du « cadre » la présence humaine non reconductible au cliché « arcadien » consolidé. Il y a un refoulement de ce paysage à partir du moment où ce cliché est inexorablement reproduit. Les Alpes sont dans l’imaginaire commun (et urbain), et dans celui des media de masse (presse, publicité spécialisée, marketing territorial et touristique) un monde encore en grande partie pré-moderne, essentiellement intact, fermé sur lui-même (voire à transformer en musée en plein air), aux rythmes lents, lié à des traditions pas bien définies et à un ensemble de pratiques anciennes. Dans ce contexte, la contribution artistique tant au niveau visuel que sonore se pose à un niveau de diagnostic poétique, de prise de conscience d’une situation ou d’un territoire, elle est fondamentale pour permettre de nouvelles perspectives d’enquête et possibilités d’intervention en ce qui concerne la recherche fondamentale. Nous sommes convaincus que lorsque nous nous retrouvons devant des lieux hyper-représentés, l’approche artistique peut se révéler indispensable pour créer des courts-circuits et de nouvelles significations et reconsidérer le « banal » présent dans les choses apparemment déjà connues qui nous entourent. Les Alpes peuvent être vues dans l’Europe actuelle, à différents niveaux, comme un intéressant et particulier laboratoire de la modernité : un lieu clé pour sa délicatesse et importance environnementale où observer et étudier la complexité des relations sociales, économiques et politiques, chacune avec ses implications écologiques, qui, à différentes échelles – locale, régionale et mondiale – contribuent à la transformation d’un territoire, de son paysage et également de la percepetion des habitants stables et des visiteurs. Ce projet de recherche veut poursuivre et approfondir, en introduisant d’autres points de vue, la recherche, l’identification et l’analyse de certaines formes présentes dans le paysage alpin contemporain en se greffant sur le travail déjà engagé par une partie de l’équipe avec le « Progetto Alpi » présenté sous forme d’installation en 2004 à la IXe Biennale Internationale d’Architecture de Venise (mention spéciale du jury pour la section « Episodes »). Le point de départ de cette collaboration est la considération que pratique artistique et pratique scientifique peuvent, dans un même projet de recherche, se situer sur un même plan. Ceci signifie accepter l’idée qu’il y a une influence réciproque entre elles, et que la façon de procéder de l’une puisse être influencée par l’autre, et vice-versa et qu’ensemble elles contribuent à modifier la physionomie d’un paysage, sa compréhension et sa possible appropriation Du point de vue méthodologique cette recherche se propose comme une recherche-action pluridisciplinaire sur un projet déjà en cours autour de la représentation d’un territoire. L’objet artistique (in progress) est dans ce cas un véritable outil génératif. A partir de cette perspective, l’apport artistique, à l’intérieur du projet de recherche, ne se propose ni en amont, dans l’autorité d’expertise, de conseil et de programmation, ni en aval dans la légitimité de conception d’objets, d’installations in situ et/ou dans la définition d’actions, mais comme élément d’un processus, comme instrument de lecture et de réflexion qui contribue, avec les autres savoirs, à enquêter sur la physionomie du territoire et sur la possibilité de modeler une image plus actuelle.

EN LIEN AVEC LE CHANTIER DE RÉFLEXION
Architectures et villes face à la mondialisation

Alessia de Biase (dir.), Paola Berenstein Jacques (dir.), Federica Gatta

L’architecture et le droit à la ville dans le contexte de la globalisation

Alessia de Biase (dir.), Alain Guez, Nancy Ottaviano, (...)

Habiter en hauteur à Paris

ou comment se construit la notion de hauteur dans une métropole contemporaine

Monica Coralli (dir.), Maria Anita Palumbo (dir.)

Modèles en question

Influence chinoise sur les formes urbaines au Bénin

Alessia de Biase (dir.), Sandra Parvu (dir.), Alice Sotgia (dir.), (...)

Observatoire Grand Paris : 2# Les empreintes super-structurelles, ou la dialectique local-global dans le devenir de la métropole parisienne

Journée d’études, le 20 janvier 2012, à l’ENSA Paris La Villette

Alessia de Biase (dir.), Sandra Parvu (dir.), Alice Sotgia (dir.), (...)

Observatoire du Grand Paris : 1# Appréhender le socle, ou comment composer avec la base du Grand Paris

Journée d’études, le 10 juin 2011 à l’ENSA Paris La Villette

Alessia de Biase (dir.), Michel Agier (dir.), Anne Raulin (dir.)

Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine

Séminaire doctoral de 2011 à 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Jean Attali (dir.), Olivier Boucheron, Laurent Joubert, (...)

Trames agricole, trames urbaines

Piero Zanini

« Paesaggi dialettici : tempi e contrattempi dell’abitare »

Alessia de Biase (dir.), Augustin Berque (dir.), Philippe Bonnin (dir.)

Donner lieu au monde : la poétique de l’habiter

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle

Nava Meron

Pratique / respect du site

Retour sur le terrain

Nava Meron

Voir / savoir

Retour sur le terrain

Nava Meron

Ajouts / rajouts

Retour sur le terrain