Jean Attali (dir.), Olivier Boucheron, Alain Guez, Laurent Joubert, Ron Kenley, Philippe Panerai

Trames agricoles, trames urbaines

Construction du plan territorial de Nansha dans le Delta de la rivière des Perles (Canton- Hongkong, Chine)

Financeurs : BRAUP (Ministère de la Culture et de la Communication) et PUCA (Ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables). Programme de recherche inderdisciplinaire : « L’architecture de la grande échelle »
Coordination : Jean Attali, Liang Zhang
Équipe : Olivier Boucheron, Alain Guez, Laurent Joubert, Ron Kenley, Philippe Panerai
Date : 2007-2008
  Appel d’offre
(PDF - 199.9 ko)

Résumé de la problématique

Quelles sont les modalités du passage du rural à l’urbain dans le cas particulier des villes chinoises confrontées aujourd’hui à une forte croissance démographique ?

Le terrain d’étude se situe dans la région de Guangzhou (Canton), sur les territoires qui bordent la rivière des Perles, comment pouvons-nous appréhender à la fois les transformations du sol, les modifications des rythmes de vie, l’irruption de la mobilité et les modifications des modes de vie pour une population qui de rurale devient rapidement urbaine ?

Situé au centre géométrique du Delta de la rivière des Perles, Nansha est l’une des régions chinoises où l’urbanisation s’avère la plus rapide. La péninsule de Nansha (54km²) s’étend à l’ouest dans l’embouchure de la rivière des Perles. Sa position est stratégique du fait de sa frontière contiguë à l’est avec le territoire de Hongkong et particulièrement la ville de Shenzhen. À l’origine occupé par des villages de pêcheurs et des terres agricoles qui représentent une typologie d’habitat vernaculaire, le territoire de Nansha est, depuis 1993, en pleine urbanisation, notamment grâce aux investissements du riche Hongkongais Fok Ying Thung. La ville est aujourd’hui un véritable laboratoire de l’urbanisme. Nansha a pour vocation de devenir une ville contemporaine multifonctionnelle : ville portuaire, centre culturel et ville résidentielle, expérimentale, écologique. Le paysage est structuré par la présence d’une végétation subtropicale. Les réseaux des canaux qui découpent le territoire y forment un maillage régulier, d’un pas d’un kilomètre environ. Un réseau d’infrastructures modernes permet, d’autre part, une liaison efficace entre Hongkong et Canton.

La question du passage d’un territoire agricole à une ville du 21ème siècle est au coeur des interrogations. Les objets d’étude pour ce terrain significatif concernent :

- les différents modes d’habiter, ce qui intègre la multifonctionnalité et la diversité des quartiers, les équilibres écologiques et environnementaux ;
- la mobilité déclinée selon ses différentes échelles, de l’accessibilité aux réseaux (liaison au sein de la mégalopole Hongkong – Canton – Shenzen) à l’accès aux centralités ;
- la densité et le rapport au site : rôle du végétal et des jardins, rapport à l’eau et aux montagnes.

La méthode de travail que nous préconisons consiste à partir du plan de ce territoire et à étudier les transformations des anciennes trames agricoles et les processus de substitution impliqué par l’urbanisation.

La polyvalence du plan le rend capable de recevoir simultanément des formes d’urbanisation qu’on jugerait ailleurs qu’en Asie incompatibles les unes avec les autres. Est-ce parce que la ville chinoise, en tant que territoire administré, s’étend bien au-delà des espaces bâtis ? Est-ce parce qu’elle laisse flotter l’opposition de la ville et de la campagne ? Les traits de la ville chinoise semblent ouvrir une perspective originale sur la relation de la ville à son environnement proche et lointain.

Une des conséquences de notre approche est de renouveler le problème posé par l’échelle opératoire de l’urbanisme. L’urbanisme se situe toujours entre les échelles opposées de l’édifice et du territoire. Or, il semble que la dynamique du « projet urbain » ne puisse plus se limiter à la recherche d’une cohérence rapprochée du groupe d’édifices à l’intérieur d’un site structuré par ses voies, ses carrefours, ses parcs, ses espaces non bâtis. L’extension de la ville implique un rapport mouvant et transformé au grand territoire : la ville n’est plus seulement engagée dans un rapport historique avec elle-même, elle est exposée aux mutations qui situent son existence, ses fonctions, ses « espacements » par rapport à des fronts avancés, par rapport à des processus morphologiques irréguliers, par rapport à des modes de vie moins définis par des appartenances locales que par des capacités de mouvement et de communication à longue distance. Le paysage des villes en est métamorphosé ; l’action sur la forme des villes s’y trouve soumise à des programmes techniques et sociaux transformés ; la compréhension de l’urbanisme, de ses objectifs et de ses méthodes y trouve les motifs d’un nécessaire renouvellement.

EN LIEN AVEC LE CHANTIER DE RÉFLEXION
Architectures et villes face à la mondialisation

Alessia de Biase (dir.), Paola Berenstein Jacques (dir.), Federica Gatta

L’architecture et le droit à la ville dans le contexte de la globalisation

Alessia de Biase (dir.), Alain Guez, Nancy Ottaviano, (...)

Habiter en hauteur à Paris

ou comment se construit la notion de hauteur dans une métropole contemporaine

Monica Coralli (dir.), Maria Anita Palumbo (dir.)

Modèles en question

Influence chinoise sur les formes urbaines au Bénin

Alessia de Biase (dir.), Sandra Parvu (dir.), Alice Sotgia (dir.), (...)

Observatoire Grand Paris : 2# Les empreintes super-structurelles, ou la dialectique local-global dans le devenir de la métropole parisienne

Journée d’études, le 20 janvier 2012, à l’ENSA Paris La Villette

Alessia de Biase (dir.), Sandra Parvu (dir.), Alice Sotgia (dir.), (...)

Observatoire du Grand Paris : 1# Appréhender le socle, ou comment composer avec la base du Grand Paris

Journée d’études, le 10 juin 2011 à l’ENSA Paris La Villette

Alessia de Biase (dir.), Michel Agier (dir.), Anne Raulin (dir.)

Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine

Séminaire doctoral de 2011 à 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Jean Attali (dir.), Olivier Boucheron, Laurent Joubert, (...)

Trames agricole, trames urbaines

Piero Zanini

« Paesaggi dialettici : tempi e contrattempi dell’abitare »

Alessia de Biase (dir.), Augustin Berque (dir.), Philippe Bonnin (dir.)

Donner lieu au monde : la poétique de l’habiter

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle

Nava Meron

Pratique / respect du site

Retour sur le terrain

Nava Meron

Voir / savoir

Retour sur le terrain

Nava Meron

Ajouts / rajouts

Retour sur le terrain