Olivier Boucheron, Monica Coralli, Maria Anita Palumbo

Salam alikoum

Carnet de terrain à Dakar

21 avril 2015 | Carnet de terrain à Dakar

« Salam alikoum » ! Nous prononçons cette phrase de salutation quand nous croisons quelqu’un dans la rue, ou dès que nous avons l’impression de rentrer chez quelqu’un où nous ressentons la nécessité de devoir témoigner de notre présence décalée. Le « Wa alikoum salam » que nous recevons en réponse établit une relation d’accueil. Le périmètre de nos explorations se dessine au rythme de ces deux expressions ; le fait de les prononcer nous garantit un droit de passage, mais aussi provoque l’étonnement, suscite la curiosité. Nous sortons de nos représentations réciproques, de nos positions spéculaires, du jeu d’images croisées qui, souvent, nous séparent plus qu’elles ne nous rapprochent.

« Salam alikoum », comme un mot de passe…sans forcement être sur le seuil d’une maison, sur la limite d’un espace qui correspondrait, dans notre quotidien, à l’extrémité extérieure d’une sphère intime, réglée par un registre de relations et un régime de rôles différents de ce qui se passe à l’extérieur. Il ne s’agit pas nécessairement d’une formule qui marque le passage entre un espace ouvert et un espace couvert, fermé…« Wa alikoum salam », la parole et l’espace qui marchent ensemble, qui nous disent des choses, qui nous montrent le pouvoir performatif des mots, et leur pouvoir de créer l’architecture d’une rencontre.

_

Beaucoup d’espaces extérieurs, en particulier dans les quartiers populaires, sont investis par les pratiques individuelles et collectives les plus diverses, par des activités qui, ailleurs, se dérouleraient dans un espace privatif. Cette occupation suggère à l’étranger d’effectuer un effort pour aller vers l’habitant, se présenter afin d’être identifié, reconnu par tout un chacun. En effet, le dévoilement de son statut et de ses intentions – savoir pourquoi il est là – lui octroie désormais le droit de rester autant qu’il voudra, et impose à la communauté de l’accueillir au mieux de ses possibilités. Le fait de multiplier les salutations permet de multiplier également les situations d’échange, de saisir les mécanismes du partage, de la mise en commun des nouvelles concernant la famille, la santé, les affaires… Les formules codifiées, des questions des réponses, interrogent l’espace du lien entre individus. Une présence plus longue sur place permettra à l’étranger de saisir toutes les variations de ce rituel des salutations, de comprendre que dans ces instants prolongés de prise de nouvelles se joue la codification de la vie en société qui règle les relations entre individus liées à l’âge, au genre, à la position sociale ou à l’ethnie.

_

La fréquentation répétée d’une famille serer ne permettra pas à l’étranger de changer la couleur de sa peau, ni d’effacer son statut de toubab, mais il apprendra à comprendre et accepter qu’un toucouleur le traite d’« esclave », et il pourra désormais toujours faire confiance à un diola, car il est son cousin.

EN LIEN AVEC LE CHANTIER DE RÉFLEXION
Par-delà les modèles

Olivier Boucheron, Maria Anita Palumbo

L’infraordinaire de la Modernité 1 : L’entre-deux barres

Une ethnographie à travers le Monde de la transformation, par les habitants, des ensembles de logements collectifs

Nava Meron, Alessia de Biase (dir.)

Le rituel et la pratique de l’espace materiel et virtuel de la ville orthodoxe juive

Olivier Boucheron, Monica Coralli, Ferdinando Fava, (...)

L’entre-deux barres.

Une ethnographie de la transformation des ensembles de logements collectifs par leurs habitants

Nava Meron

Traverser le seuil de la ville orthodoxe juive.Repères et pratiques de l’entre-soi à travers le cas d’étude d’Elad, Israël

Avis de soutenance de thèse, le 24 janvier 2017 à l’ENSA Paris La Villette

Olivier Boucheron, Maria Anita Palumbo

Journée d’étude franco-mongole d’architecture et d’urbanisme

Journée d’étude, le 24 septembre 2015 en Mongolie

Manola Antonioli

Biomimétisme

Science, design et architecture

Alessia de Biase, María A. Castrillo Romón, Albert Levy

Patrick Geddes en héritage

Jean-Paul Loubes

La Chine et la Ville au XXIe siècle

La sinisation urbaine au Xinjiang ouïghour et en Mongolie chinoise

Olivier Boucheron, Monica Coralli, Maria Anita Palumbo

Grande Place

Carnet de terrain à Dakar

Olivier Boucheron, Monica Coralli, Maria Anita Palumbo

Liberté(s)

Carnet de terrain à Dakar

Olivier Boucheron, Monica Coralli, Maria Anita Palumbo

Ndakaaru

Carnet de terrain à Dakar