Deborah Feldman, Alessia de Biase (dir.)

Restez chez vous !

L’intime et son architecture à l’ère numérique.

Ecole Doctorale : ED 395 MCSPP - Université Paris Nanterre
Directeur : Alessia de Biase
Co-encadrant : Pierre Chabard
Discipline : Architecture, Anthropologie
Date : 2020-2023

La question centrale de cette recherche émerge de trois constats majeurs. En premier lieu, la possibilité que dans un futur proche, un glissement choisi ou imposé par des contraintes environnementales, économiques ou politiques, s’opère vers un mode de vie dont le confinement ne fut que le prototype. Deuxièmement, l’évolution structurelle de l’individu le reliant de plus en plus profondément à la technologie numérique. Enfin, la modification du rapport de l’individu à lui-même, à son intimité et à son cadre de vie.

L’habitat contemporain a été investi par une dimension publique dont témoignent des pratiques comme le télétravail, le partage de nos habitations sur des plateformes comme Airbnb mais aussi les nouvelles formes de vie comme le coliving et le coworking.

Ces dernières, toujours implantées dans le tissu financièrement tendu des grandes métropoles, ont comme intention première le rapprochement des lieux d’habitation et des lieux de travail. Ces bâtiments hybrides, « l’innovation la plus disruptive du logement contemporain », passant pour archétypes de l’habitat de demain, demandent une réactualisation du concept de l’intime.

Comment se transforme l’intime lors de nos pratiques numériques ? Comment évoluent nos modes d’habiter et de faire chez-soi ? Quelles sont les évolutions, matérielles et immatérielles, de ce rapprochement entre les sphères de vie de l’individu ?

L’ambition de cette thèse est de questionner et déconstruire empiriquement, à partir de données de première main, ces phénomènes sociétaux. Une ethnographie sur un terrain multi-situé se révèle impérative. Ce dernier se constitue à la fois des espaces physiques où se développe l’activité de plusieurs plateformes numériques, ainsi que de leurs utilisateurs.

Une analyse anthropologique des entretiens permettra de révéler des moyens d’adaptation mis en place par nos interlocuteurs. Une analyse architecturale menée avec les habitants sur leur logement et leurs lieux de travail servira à comprendre l’usage et la répartition des activités mais aussi les projections des occupants sur leur cadre de vie.

EN LIEN AVEC LE CHANTIER DE RÉFLEXION
Être habitant ?

Nadja Monnet (dir.), Ornella Zaza

De l’(in)hospitalité des centres commerciaux à la soutenabilité de l’urbanisme commercial

Analyse urbaine de sites existants en région PACA et regards prospectifs

Alessia de Biase (dir.), Alice Sotgia, Valeria Volpe, (...)

Habiter Frugès

Anthropologie d’un site patrimonial

Nadja Monnet, Hendrik Sturm

Au plus près, ensemble

l’entrecroisement art, littérature et sciences humaines pour la compréhension d’un territoire entre ville et nature

Victorine Dréau, Manola Antonioli (dir.)

L’agriculture urbaine comme stratégie de construction de commun autour de la mémoire et du territoire à Medellin

Maria Anita Palumbo, Michel Agier (dir.), Alessia de Biase (dir.)

Barbès, Château Rouge, Goutte d’Or. Ailleurs commence ici.

Anthropologie d’un espace d’altérité dans Paris

Hélène Veiga Gomes

Filmer la transformation urbaine en Méditerranée

Workshop du 11 au 13 Novembre 2017 à

Nadja Monnet

Atelier de conversation

Projection du film de Bernhard Braunstein et débat avec la participation de Nadja Monnet

Mina Saidi-Sharouz

Enfants de Beyrouth 

Projection du film de Sarah Srage et debat avec la participation de Mina Saidi-Sharouz

Juliette Charron, Alessia de Biase, Solène Leray

Habiter la pandémie. Relation entre habitabilité et accessibilité urbaines à Paris sous la Covid-19

Article

Ioana Iosa

Mises en lumière et zones d’ombre dans l’ouverture au public de la Petite Ceinture ferroviaire de Paris

Article

Ioana Iosa (dir.)

Architecture et logement social, quels renouvellements ?

Direction d’un numéro de revue